Sevrage de l’allaitement de bébé : règles et conseils utiles

Publié le : 28 juin 202318 mins de lecture

Quand commencer le sevrage ? Tous les parents se sont posé cette question, se trouvant à ce moment fatidique : décider, ou plutôt comprendre, si leur enfant est prêt à se nourrir d’autre chose que du lait maternel. En général, les principales organisations internationales s’accordent pour commencer le sevrage à 6 mois . Cependant, dans cette phase de transition très importante, il convient de ne pas être rigide et de respecter les horaires et les goûts de chaque nouveau-né, tant et si bien qu’on entend de plus en plus souvent parler aujourd’hui d’auto-sevrage .
, ou alimentation complémentaire sur demande (par l’enfant). Mais comment savoir quand bébé est prêt ? Et quels aliments choisir pour les petits qui découvrent la nourriture ? Voici quelques informations utiles pour sevrer un nouveau-né à partir de 6 mois.

Alimentation du nouveau-né : quelques références

L’importance du lait maternel

La prémisse est que l’Union européenne considère la nutrition comme l’un des principaux déterminants de la santé humaine, à commencer par la petite enfance et l’allaitement, qui représente la meilleure façon naturelle de nourrir les nourrissons et les enfants, à l’exception des conditions particulières de la mère ou d’un très forme rare d’ intolérance congénitale au lactose . L’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois assure une croissance et un développement optimaux et un sevrage trop précoce n’est pas conseillé car :

  • le lait maternel est l’aliment de la plus haute qualité
  • les nourrissons ne sont pas encore capables de digérer certains aliments
  • la prise précoce de certains aliments pourrait exposer le nouveau-né à des agents pathogènes avec risque de diarrhée ou d’autres troubles
  • une exposition précoce à certains aliments peut déclencher des allergies.

Cependant, le sevrage vers six mois est important car le lait maternel peut ne plus être suffisant pour répondre aux besoins nutritionnels du bébé.

Quand le lait seul ne suffit plus

Entre 6 et 8 mois il est conseillé d’introduire progressivement une alimentation complémentaire 2/3 fois par jour , importante pour la croissance et la santé du nouveau-né, sans avoir à renoncer à l’allaitement ce qui, comme le rapporte le site du ministère : « il peut se poursuivre du deuxième semestre de la vie jusqu’à la deuxième année et même au-delà, comme le suggère l’Organisation mondiale de la santé ». Après 9 mois, les repas complémentaires peuvent être portés à 3-4 fois par jour, étant entendu que le lait maternel doit rester la principale source de nutriments tout au long de la première année de vie.

Après avoir constaté qu’environ six mois, la transition vers une alimentation familiale équilibrée et nutritive est importante pour le développement et la santé de l’enfant jusqu’à trois ans, il est nécessaire de comprendre comment l’introduire.

Sevrage du lait à partir de 6 mois : comment procéder ?

Le terme sevrage désigne le passage d’une alimentation exclusivement à base de lait à une alimentation semi-solide et solide , par l’introduction progressive de certains aliments dans l’alimentation du nouveau-né. Contrairement à ce que l’on croyait jusqu’à récemment, il n’est plus aussi indispensable de respecter un ordre précis dans l’introduction des différents aliments, mais peut être choisi en fonction des préférences de l’enfant et de la culture gastronomique de la famille.

Auto-sevrage du lait et bébé

L’idée que c’est l’enfant lui-même qui envoie des signaux sur les aliments qu’il veut expérimenter devient de plus en plus populaire. La culture de l’auto-sevrage , ou plutôt, de l’alimentation complémentaire à la demande, part de l’hypothèse que les parents se nourrissent de manière équilibrée et correcte, dont la référence est la pyramide alimentaire, sur laquelle des suggestions peuvent être demandées au pédiatre ou votre médecin de confiance. Si les parents mangent bien, l’enfant peut manger les mêmes choses, considérez simplement que le nouveau-né n’a pas de dents, il est donc bon de hacher et de broyer la nourriture pour qu’elle ne devienne pas dangereuse; pour le reste ce sera l’enfant lui-même qui s’intéressera à la nourriture des adulteset de montrer ce qu’il préfère ressentir. A la base de l’auto-sevrage, en effet, il y a la croyance qu’un aliment qui n’est pas mauvais pour nous ne fera pas non plus de mal à notre enfant, il faut donc l’écouter, le satisfaire et ne pas le brusquer ni le forcer.

Sevrage du lait : quand bébé est-il prêt?

Si l’alimentation de complément à la demande souffre encore d’un certain scepticisme, il est vrai que la communauté scientifique internationale identifie certains signes conformes à la culture de l’auto-sevrage qui permettent de comprendre quand l’enfant est prêt à introduire des aliments autres que le lait :

  • a perdu le réflexe d’extrusion , c’est-à-dire l’instinct de pousser la cuillère hors de la bouche avec la langue (un mécanisme de défense qui se maintient jusqu’à ce que l’on soit capable d’avaler complètement)
  • est capable de s’asseoir indépendamment
  • montre de l’intérêt pour la nourriture des adultes et est capable d’exprimer clairement ce qu’il veut essayer, en tendant les mains ou en refusant des aliments qu’il n’aime pas ou ne veut plus parce qu’il est rassasié.

En général, il est bon de commencer le sevrage lorsque le bébé ne prend pas assez de poids avec du lait seul, le rejette avec des régurgitations fréquentes, est moins serein et dort mal. Une fois ces signaux compris, de nouveaux aliments peuvent être introduits.

Comment commencer le sevrage de bébé ?

La transition d’un régime exclusivement laitier (lait maternel ou maternisé) s’opère entre 4 et 6 mois, lorsque la phase de croissance nécessite l’apport de nutriments que le lait seul n’est plus en mesure d’apporter suffisamment.

Avec le début du sevrage, l’alimentation de l’enfant s’enrichit progressivement de toute une série d’aliments, auxquels l’organisme de l’enfant doit lentement s’habituer : céréales, légumes, fromage, fruits, viande, poisson, œufs.

Au début, le premier repas sera composé d’un seul plat à base de farines de céréales sans gluten (comme la crème de riz et de maïs et de tapioca) et de viande homogénéisée (30 g) et, plus tard, de poisson (30 g). La base du premier aliment pour bébé est un bouillon de légumes, préparé initialement en faisant bouillir une pomme de terre et une carotte, et en l’enrichissant progressivement avec d’autres légumes, en surveillant toujours attentivement les réactions de l’enfant.

Sevrage du lait : quels aliments introduire ?

Parmi les premiers aliments complémentaires figurent ceux en transition (purée, purée, semi-solide), c’est-à-dire appartenant à des catégories spécifiques, mais adaptés pour répondre aux besoins nutritionnels et physiologiques particuliers du nourrisson. Pour débuter le sevrage vers 6 mois, il est recommandé :

  • légumes cuits et hachés comme les pommes de terre et les carottes
  • banane ou poire ou pomme râpée
  • crème de riz mise dans du lait

Le lait artificiel peut être introduit, en plus du lait maternel, si la mère n’est pas en mesure d’allaiter suffisamment, en raison d’exigences de travail, de conditions physiques ou de choix personnels, en faisant très attention à la qualité, notamment en ce qui concerne le « faux » lait en poudre . ” . Une fois le sevrage commencé, vous pouvez procéder aux céréales sans gluten, comme le riz et à la viande blanche , dûment cuites et réduites en purée.

Après 7 mois, l’enfant pourra manger la plupart des aliments, préférant les repas préparés à la maison, tandis que si vous choisissez des aliments pour bébés , vous devez faire très attention à la qualité et lire attentivement les étiquettes . En particulier, en plus du lait maternel, entre 7 et 12 mois, le sevrage peut s’effectuer par :

  • viande cuite et hachée
  • légumes et fruits en purée
  • fruits et légumes crus hachés (p. ex. banane, melon, tomate)
  • céréales (par exemple, blé, avoine) et pains.

Une fois qu’ils ont un an, les enfants peuvent manger pratiquement tout ce dont le reste de la famille se nourrit.

Il est important que l’heure du repas soit vécue dans la détente par l’enfant et avec le bon temps dédié, lui donnant également la possibilité de participer activement , toucher la nourriture, jouer et manger même avec ses mains. De plus, les aliments doivent être proposés à l’enfant sans forcer, en alternant différents aliments en termes de couleur, de saveur et de texture, en les proposant à nouveau avec patience, en formant le goût de l’enfant, mais aussi en respectant ses préférences.

Ce n’est pas tout : pour savoir comment procéder au sevrage du nouveau-né à partir de six mois, il y a quelques dernières recommandations.

Sevrage de bébé : ce qu’il faut savoir pour la période de 6 à 12 mois

Le but du sevrage est de fournir la bonne quantité d’énergie et de nutriments , nécessaires à la croissance et au développement sains de l’enfant. Lorsque l’enfant est prêt et curieux d’expérimenter de nouveaux aliments, il faut veiller à lui proposer un éventail de variétés aussi large que possible, pour qu’il mange de manière équilibrée , mais aussi pour l’habituer à apprécier tous les goûts, car il c’est dès le sevrage qu’ils développent leurs propres habitudes alimentaires. En fait, déjà après les six premiers mois de la vie, commence un important chemin d’ éducation alimentaire , qui devrait se poursuivre à l’école, par le jeu et l’implication, afin que les enfants apprennent à manger un peu de tout et à se nourrir sainement à l’âge adulte.

Pour cette raison il est très important dès le plus jeune âge et surtout pendant le sevrage, d’éviter le sel, le sucre, le miel (interdits jusqu’à la première année de vie car ils peuvent contenir la bactérie botox), préférant l’eau et les fruits frais aux jus et sucreries boissons et expérimentation de fruits et légumes de saison , car les enfants développeront leurs goûts alimentaires à partir de l’expérience et de la consommation régulière. Enfin, une recommandation à garder en tête lors du sevrage vers 6 mois concerne le lait , un aliment de discorde pour lequel on se demande toujours s’il est bon ou mauvais.

l est bon de savoir que le lait de vache ne peut être consommé qu’après la première année de vie et seulement une fois l’allaitement terminé, sans exagérer et préférer le type entier fermenté. Le Ministère de la Santé recommande à un enfant non allaité après 12 mois de consommer du lait de vache en quantité n’excédant pas 200-400 ml/jour, pour éviter une consommation excessive de protéines animales.

Combien de repas mange un bébé de 6 mois ?

Naturellement, l’introduction des premiers aliments pour bébé ne signifie pas la suppression des tétées au lait qui restent la base principale de son alimentation. Considérant que normalement le premier repas remplace le repas de midi et représente donc son repas principal, les autres repas restent envoyés : le matin, l’après-midi et le soir. Vous pouvez rompre le matin ou l’après-midi avec un goûter à base de fruits mixés ou de fruits homogénéisés avec un biscuit pour bébé (dans un premier temps également sous forme de granulés à la dose d’une cuillère à café, pour ensuite passer aux biscuits classiques qu’ils font fondre dans votre bouche).

Que faire lorsque le bébé refuse les aliments pour bébés pendant le sevrage ?

Le mot magique est : patience. De nombreuses raisons peuvent amener l’enfant à refuser les aliments pour bébé : le goût des aliments, qui est différent du goût classiquement sucré du lait. Dans ce cas, il est conseillé de proposer d’abord au bébé les aliments pour bébés lactés, qui sont plus sucrés, puis de passer aux aliments salés, tels que le riz, le maïs et la crème de tapioca. Une autre raison souvent à l’origine du refus du bébé de s’alimenter est liée à l’utilisation d’une petite cuillère, un outil qu’il considère avec hostilité par rapport au sein chaud et doux de la mère. L’approche de la cuillère est un moment très délicat pour le petit, aussi – et surtout – d’un point de vue psychologique, car elle symbolise le détachement de la mère. Il ne faut donc pas s’énerver ni s’impatienter. Au contraire, il peut être conseillé, avant même de commencer le sevrage lui-même, commencer à familiariser le petit avec la cuillère à café, en la lui offrant comme un jeu, de sorte que lorsqu’il devra plus tard l’utiliser pour manger, il sera plus enclin à l’accepter sans faire trop de crises de colère. Cependant, il est toujours conseillé d’utiliser les couverts en silicone spéciaux pour les premiers repas de bébé, plus doux au contact de la bouche que les cuillères traditionnelles en plastique ou en métal.

Sevrage de bébé : comment lui construire une bonne relation avec la nourriture ?

Comme nous l’avions anticipé, parler de sevrage ne signifie pas seulement se référer au choix et à la quantité d’aliments. Le même ministère de la Santé dans sa publication souligne l’importance d’un environnement serein , une atmosphère collaborative et affectueuse, des habitudes et des routines composées d’heures et d’heures régulières.

En effet, la manière dont l’enfant est encouragé à manger et les soins qui sont dédiés à ce moment fondamental de la journée contribueront à former le rapport que l’enfant, même adulte, aura avec la nourriture elle-même.

En particulier, 4 dimensions sont identifiées dans une alimentation adaptée :

  • L’adaptation du mode d’alimentation aux capacités psychomotrices de l’enfant (manier une cuillère, mâcher).
  • Répondre à l’évolution des besoins avec une offre complémentaire d’aliments variés, incluant des incitations à les consommer.
  • L’interaction entre l’enfant et le soignant, y compris la communication affective.
  • La situation de la prise alimentaire , y compris l’organisation, la fréquence, la durée, la régularité, et si l’enfant est surveillé et protégé pendant qu’il mange, et par qui.

Une atmosphère détendue pendant les repas

Une ambiance sereine lors des repas , qui stimule l’enfant à expérimenter, sans entrer en conflit s’il refuse, permettra à l’enfant de développer de bonnes pratiques alimentaires et des capacités cognitives. Au contraire, imposer la consommation de certains aliments, se fâcher, insister et faire pression sur l’enfant l’amènera à refuser certains aliments même à l’âge adulte et ne lui permettra pas de s’alimenter adéquatement.

Même « une certaine régularité dans les heures et les lieux des repas , avec un temps suffisant et tranquille pour manger, est importante pour assurer que les repas soient agréables et que la consommation soit adéquate ».

La sécurité alimentaire des enfants

Aussi évident que cela puisse paraître, il est également utile de rappeler que l’enfant, pour des raisons de sécurité, doit toujours être surveillé pendant les repas. De plus, certains aliments peuvent provoquer une suffocation et doivent donc être évités au moins pendant la première année de vie. Ce sont notamment : les noix, les raisins, les morceaux de carottes ou autres crudités. L’hygiène passe aussi par la sécurité de bébé . En effet, pour éviter la contamination par des agents pathogènes potentiels, comme nous l’avons vu à propos de la salmonellose , il est important de se laver soigneusement les mains, tant pour l’enfant que pour ceux qui s’en occupent, ainsi qu’un « nettoyage efficace des ustensiles et surfaces utilisées pour préparer et servir les aliments ».

Être parent est une tâche difficile et merveilleuse qui fait souvent craindre de ne pas faire les bons choix. Pour vous aider à explorer le thème de la nutrition dans l’enfance, en plus de ces recommandations sur le sevrage à partir de 6 mois , nous vous conseillons également l’article dans lequel on parle de l’alimentation des enfants à la montagne , sans oublier un sujet très actuel concernant l’ alimentation végétalienne des enfants et le risque de carences nutritionnelles. Dans tous les cas, ne vous inquiétez pas : personne ne pourra faire un meilleur choix que vous et vos enfants, si vous apprenez à les écouter et à lire leurs signaux !

Sevrage et risque allergique

Jusqu’à il y a quelques années, on croyait que certains aliments potentiellement plus allergènes (comme les tomates, les œufs, le poisson, les fraises) ne devaient pas être introduits avant 9 mois ou un an de vie. Les preuves actuelles d’allergie recommandent en revanche l’ introduction précoce de tous les aliments , dès le début du sevrage, car cette introduction favoriserait la « tolérance » de l’aliment par le système immunitaire de l’enfant.

Cependant, il est toujours utile que chacun respecte la règle d’ introduire progressivement un ou au moins quelques aliments à la fois , afin de pouvoir vérifier si cet aliment pose problème ou non à l’enfant.

Plan du site